Une vague de violence s'abat sur les Palestiniens de Cisjordanie occupée

Une vague de violence s'abat sur les Palestiniens de Cisjordanie occupée

Les Palestiniens continuent de faire face aux attaques racistes en Cisjordanie occupée, notamment à El Khalil, cible de graves violations, toutes commises par des colons avec la complicité des forces d'occupation sionistes.

 

L'escalade s'est amplifiée lorsque l'armée sioniste a décidé de fermer, vendredi dernier, la mosquée Ibrahimi dans la ville d'El Khalil à l'occasion d'une fête juive. Selon des estimations locales, pas moins de 37.000 colons ont pris d'assaut la ville, alors que l'armée sioniste a érigé un certain nombre de barrières et s'est déployée massivement à proximité de la Veille ville pour appuyer les incursions des colons.

Ces derniers ne se sont pas contentés de célébrer leur fête. Ils s'en sont pris aux Palestiniens et leurs commerces, blessant plusieurs d'entre eux.

Ahmed Al-Tamimi, membre du Comité exécutif de l'Organisation de libération de Palestine (OLP), a indiqué que "le mépris des colons envers la mosquée Ibrahimi et toutes les parties de la Vieille ville fait partie des mesures arbitraires sionistes visant à forcer les citoyens (palestiniens) à cesser de prier dans la mosquée et quitter par la force des armes leurs maisons héritées de leurs parents et grands-parents".

La prise d'assaut par les colons s'est accompagnée de l'installation de tentes mobiles et une série d'arrestations touchant tous les segments de la société palestinienne.

Dans leur rapport mensuel, les institutions des prisonniers ont précisé que les arrestations durant le mois d'octobre ont atteint le nombre de 445 Palestiniens, dont 35 enfants et 19 femmes, dans les territoires palestiniens occupés.

En réaction à cette escalade, le Coordonnateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, a averti que "de tels actes pourraient aggraver un environnement déjà tendu".

"Tous ont la responsabilité d’agir contre les extrémistes et de dénoncer tous les actes de violence", a-t-il ajouté.

De son côté, le secrétaire général adjoint pour la Palestine et les Territoires arabes occupés de la Ligue arabe, Saeed Abu Ali, a déclaré lundi que l'escalade des attaques à grande échelle et le terrorisme de colons continu et organisé, notamment à El Khalil, constituent un "indicateur dangereux".

Il a appelé l'ONU et les organisations internationales de défense des droits de l'Homme à "assumer leurs responsabilités politique, juridique et humanitaire et à faire pression sur les autorités d'occupation pour qu'elles mettent fin à ces crimes et respectent les conventions internationales qui assurent la sécurité des civils".

Pour leur part, les Etats-Unis ont appelé les autorités d'occupation à prendre des mesures pour améliorer la situation sécuritaire en Cisjordanie. Pour le Conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, "une solution négociée à deux Etats reste le meilleur moyen de parvenir à une paix durable (au Moyen-Orient)".

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré lundi que 147 Palestiniens sont tombés en martyrs sous les balles de l'armée sioniste en Cisjordanie occupée depuis le début de cette année. Les Nations unies ont décrit cette année comme la plus sanglante en Cisjordanie depuis 2006.

 
Read 3 times

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.