Conseil d'Etat: œuvrer pour un système juridique développé au diapason des évolutions internes et externes

 

Conseil d'Etat: œuvrer pour un système juridique développé au diapason des évolutions internes et externes

La présidente du Conseil d'Etat, Farida Benyahia a appelé, mardi à Alger, à la nécessité d'oeuvrer pour la mise en place d'un "système juridique développé" au diapason des évolutions internes et externes afin de consacrer l'état de droit.

 

Intervenant lors d'une journée d'étude sur "Le rôle de la législation, du Fiqh et de la jurisprudence dans le développement du droit", organisée par le Conseil d'Etat en coopération avec la Cour suprême et l'Université d'Alger 1, Mme. Benyahia a invité notamment les enseignants universitaires, les chercheurs et les magistrats, à "échanger les idées et leurs expériences afin de parvenir à un système juridique développé au diapason des développements internes et externes", dans le but de "consacrer l'état de droit".

"Les évolutions qualitatives qu'a connu le système législatif du pays ces dernières années requièrent une mise à jour, une actualisation et une révision des textes juridiques pour cadrer avec l'évolution de la société et de ses exigences dans tous les domaines, politiquement, socialement, économiquement ou encore intellectuellement, mentalement et cognitivement", a-t-elle souligné.

Face à cette situation, le législateur, comme partout dans le monde, "se trouve contraint d'élargir le champ de recours à la jurisprudence et aux chevronnés en matière de droit et de jurisprudence (...) pour pouvoir promulguer des lois homogènes, en phase avec l'évolution de la société et en mesure d'encadrer les relations entre les individus et entre les communautés au sein du même pays mais aussi de déterminer les types de coopération et des relations avec les autres pays", a-t-elle fait remarquer.

La journée d'étude a été hissée par la présence du ministre de la Justice, Grade des Sceaux, du Conseiller du Président de la République chargé des affaires juridiques et judiciaires, du médiateur de la République et du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Ont été présentées lors de cet événement plusieurs interventions axées particulièrement sur le rôle du magistrat dans le développement du droit, les défis imposés aux acteurs du droit à la lumière de la numérisation, ou encore les mutations du principe de légitimité pénale dans un contexte de mondialisation des textes de criminalisation.

 
Read 11 times

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.